Rwanda: un rapport questionne la France mais reste vague

Par

Alors que Bernard Kouchner s'est rendu à Kigali pour renouer les relations diplomatiques franco-rwandaises, les autorités du Rwanda ont laissé filtrer leur propre rapport d'enquête sur l'attentat du 6 avril 1994. Il contredit les thèses du juge Bruguière mais, en se focalisant sur cet unique événement, il ne participe pas vraiment à la reconstruction des origines du génocide.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Alors que Bernard Kouchner s'est rendu, jeudi 7 janvier, au Rwanda pour renouer les fils diplomatiques d'une relation pour le moins acariâtre, Kigali a opportunément fait fuiter le rapport de la commission d'enquête rwandaise sur l'attentat du 6 avril 1994 contre l'avion du président Habyarimana. Cet événement, qui marque le point de départ, mais sans en être la cause, d'un génocide qui a fait environ 800.000 morts, est depuis quinze ans l'objet de toutes les spéculations et l'une des sources de la rupture des relations diplomatiques entre la France et le Rwanda.