Karima Lazali: «Le pouvoir algérien a reproduit l’offense coloniale»

Par

Pour la psychanalyste Karima Lazali, auteure d’un ouvrage sur les traumatismes psychiques liés à la colonisation, la mobilisation citoyenne en Algérie s’explique aussi par le refus d’« afficher un chef d’État malade et vieillissant pour cacher le véritable lieu du pouvoir ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Psychologue clinicienne, psychanalyste exerçant à Paris et Alger, Karima Lazali est l’auteure d’un ouvrage important sur les traumatismes psychiques liés à la colonisation, champ qui reste inexploré en France comme en Algérie : Le Trauma colonial – Une enquête sur les effets psychiques et politiques contemporains de l’oppression coloniale en Algérie, aux éditions de La Découverte. Alors que ce vendredi 8 mars a battu les records de mobilisation à travers tout le pays pour faire plier le régime de Bouteflika, elle pose son regard de psychanalyste sur « le sursaut de vie remarquable et inattendue » du peuple algérien qui inflige une leçon de vivre-ensemble au pouvoir et refuse cette « double scène », entretenue par le régime, « afficher un chef d’État malade et vieillissant pour cacher le véritable lieu du pouvoir ».