La piste du viagra contre le paludisme

Le médicament contre l'impuissance pourrait avoir des propriétés susceptibles d'enrayer le développement du paludisme. C'est ce que démontre une étude publiée aujourd'hui et réalisée par une équipe de chercheurs en France et au Royaume-Uni.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Qui aurait pu imaginer un lien entre le paludisme et le Viagra ? Il semble pourtant que certaines molécules composant la célèbre petite pilule bleue puissent bel et bien jouer un rôle pour enrayer le cycle de développement complexe du parasite Plasmodium falciparum, responsable du paludisme, selon l'étude publiée vendredi 8 mai dans la revue PLOS Pathogens.

Il existe déjà des médicaments pour traiter les symptômes de la maladie. Mais pour l’éradiquer complètement, il faut bloquer la transmission du parasite entre son réservoir d’« incubation », l’homme infecté, et un moustique piquant ce dernier, suçant son sang porteur du P. falciparum, et disséminant ensuite le microbe dans la population.

L’équipe de chercheurs de l’Institut Cochin, de l’Inserm et du CNRS, impliquant des scientifiques de l’Université Paris-Descartes, de l’Institut Pasteur et de l’Ecole de médecine et d’hygiène tropicales de Londres, s’est intéressée aux mécanismes moléculaires qui conduisent la paire globule-parasite à acquérir cette déformabilité. 

A l’aide d’un modèle in vitro reproduisant la filtration de la rate, les scientifiques ont identifié des substances pharmaceutiques qui permettent justement de perturber le processus. Un peu par hasard, ils se sont rendu compte que le Viagra en faisait partie...

La fin de l'histoire dans Le Monde.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale