Déçus par l’Europe, des réfugiés irakiens font le choix de rentrer dans leur pays

La Croix raconte le parcours de ces migrants irakiens qui, frustrés par leurs conditions de vie, choisissent de rentrer dans leur pays.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ahmet est aigri. Dans une petite heure, cet Irakien de 27 ans prendra un avion pour un aller simple vers Bagdad. « Je ne pensais pas rentrer si vite », reconnaît ce médecin généraliste. Le visage fermé, il hésite puis sa parole se déverse comme un torrent à la fin de l’hiver. « Je n’imaginais pas l’Europe comme cela », résume Ahmet.