Annegret Kramp-Karrenbauer doit réunir une CDU profondément divisée

Par

En Allemagne, la nouvelle présidente de la CDU a été élue avec seulement 35 voix d’avance sur son challenger Friedrich Merz. Sa victoire, vue comme une garantie de stabilité, va permettre à Angela Merkel, en principe chancelière jusqu’en 2021, de régler sa succession plus en douceur. Mais AKK doit recoller les morceaux d’un parti qui se déchire depuis la crise des réfugiés. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyé spécial à Hambourg.- « Friedrich Merz obtient 482 voix… Annegret Kramp-Karrenbauer obtient 517 voix. Mme Annegret Kramp-Karrenbauer est donc élue présidente de la CDU. » C’est vendredi 7 décembre vers 16 h que le ministre-président du Land de Schleswig-Holstein Daniel Günther, directeur du scrutin et soutien affiché de la dauphine d’Angela Merkel, a enfin annoncé le résultat tant attendu. Dans la grande salle surchauffée du palais des congrès de Hambourg, la tension accumulée pendant plusieurs semaines d’incertitude et de campagne électorale interne s’est brusquement relâchée. Les applaudissements se sont mis à crépiter. Et ceux des 1 001 délégués qui avaient déjà été très émus par le discours d’adieu d’Angela Merkel, se sont remis à pleurer de plus belle.