A l’est de l’Ukraine, «l’essentiel est que les choses changent»

Par

L'Élysée accueille une rencontre pour discuter de l'avenir de l'Ukraine et de sa frontière avec la Russie. Reportage dans un Donbass relativement apaisé, entre reconstruction de pont et poursuite du retrait des troupes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Zolote, Stanytsia et Avdiivka (Donbass ukrainien), envoyé spécial.– Oleksandr Rodnoï se faufile rapidement entre les passants, en laissant derrière lui les drapeaux bleu clair, bleu marine et rouge de la République populaire autoproclamée de Louhansk (RPL). Au sortir d’une passerelle piétonne flambant neuve, il se rue vers un autobus qui se gare à un arrêt proche. Il y bouscule quelques personnes pour s’y faire une place, lui et son cabas, et lance dans un anglais enthousiaste : « Welcome to Ukraine ! » Une fois rempli de civils emmitouflés dans des manteaux et des toques surannés, le véhicule se dirige vers le point de contrôle ukrainien.

« C’est beaucoup moins difficile de traverser qu’auparavant », poursuit Oleksandr dans un mélange de russe et d’ukrainien. Le pont qui enjambait la rivière Siverskiy Donets avait été détruit en 2015, remplacé par des escaliers en bois. « Les personnes âgées souffraient la mort pendant le trajet. » L’inauguration d’une nouvelle passerelle, le 20 novembre, couronne les précédents projets de rénovation de la route et du lancement d’une navette gratuite des postes de contrôle au pont. Impossible néanmoins de couvrir toute la distance sans marcher : l’ouvrage a été construit suffisamment étroit pour ne pas permettre le passage de voitures, encore moins de chars d’assaut.