Toujours pas de retrait américain d'Irak en vue

Par
Témoignant mardi 8 avril, devant le Sénat des Etats-Unis, le général David Petraeus a plaidé pour le maintien d'un nombre important de soldats américains en Irak, et n'a pas donné d'échéance pour leur rapatriement. Ce faisant, il garantit que le nouveau président s'installera à la Maison-Blanche avec toujours autant de troupes déployées.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« La bouteille de champagne a été remisée au fond du réfrigérateur. » Cette phrase n'est pas un message codé de Radio Londres durant la Seconde Guerre mondiale, mais la précaution évoquée par le général américain chargé de l'Irak, David Petraeus, lors de son audition devant le Sénat des Etats-Unis mardi 8 avril. Autrement dit : les Américains ne sont pas sortis des sables de Mésopotamie. Le plus étonnant dans cette déclaration tient à ce que Petraeus, et donc son « commander in chief » George W. Bush, aient pu, à un moment donné, envisager de sabler le champagne sur la question irakienne...