Palestine: l’arnaque historique du plan de paix américain

Par

« L’accord du siècle » de Trump devait rompre avec le consensus diplomatique. Il va bien au-delà en niant la plupart des droits nationaux reconnus aux Palestiniens par la légalité internationale, et en mettant un terme au projet d’État palestinien avec Jérusalem comme capitale.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le plan de paix américain pour la Palestine que la Maison Blanche prépare depuis plus de deux ans pourrait être révélé dans les prochains jours. Présenté par Donald Trump comme « l’accord du siècle », il risque fort d’être considéré demain par les historiens comme l’arnaque diplomatique du siècle. Ou au moins comme la tentative d’arnaque du siècle. Destiné en principe à résoudre le conflit entre Israël et les Palestiniens, vieux de plus de soixante-dix ans, il déboucherait en fait, s’il était appliqué et s’il est conforme aux éléments qui ont été communiqués à plusieurs pays de la région, sur la liquidation – sans solution – de la question de la Palestine, telle qu’elle est inscrite dans l’histoire et le droit international.