Après 100 jours, la Nouvelle Turquie d’Erdogan s’installe dans l’autoritarisme

Par

Depuis la réélection du président Erdogan, le 24 juin dernier, la Turquie a basculé dans un nouveau système constitutionnel, caractérisé par les vastes pouvoirs, tant exécutifs que législatifs, qu’il octroie au chef de l’État. À quoi ressemble cette « Nouvelle Turquie » en cours de construction ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Istanbul (Turquie), de notre correspondant.- Avec la réélection de Recep Tayyip Erdogan à la présidence de la République, le 24 juin dernier, la Turquie est entrée dans une ère nouvelle. Le scrutin présidentiel, doublé d’élections législatives, a en effet marqué la pleine entrée en vigueur du « système de gouvernement présidentiel », un nouveau mode de direction adopté un an plus tôt, au terme d’un référendum aux résultats controversés et qui confère au chef de l’État des pouvoirs sans équivalents dans les démocraties pluralistes occidentales.