À la COP26, la France fait le lobbying de l’industrie nucléaire

Dans les couloirs de la COP26 comme dans les manifestations pour le climat, la France est la grande promotrice de l’énergie atomique à Glasgow. Pour défendre son industrie nucléaire, l’État français a été jusqu’à refuser de signer un accord sur l’arrêt du financement des énergies fossiles à l’étranger.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Glasgow (Écosse).– Le jeudi 4 novembre dernier, une certaine effervescence animait le pavillon de la France à la COP26. Comme chaque jour depuis le début des négociations internationales, la délégation française à Glasgow y organisait une série de conférences. Mais en cette fin de matinée, une foule inhabituelle de journalistes et de délégués s’est pressée d’accueillir Jean-Yves Le Drian.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal