Mexique: une ministre en guerre contre la corruption qu’elle juge intrinsèque au néolibéralisme

Par Clément Detry

Y a-t-il encore un espoir dans la lutte contre la corruption et l’impunité des abus de l’État au Mexique ? La nomination de l’économiste hétérodoxe Irma Sandoval Ballesteros au poste clé de secrétaire à la fonction publique a suscité de vives attentes au sein de la société civile. Elle s’explique sur les premières mesures de sa politique, dans un entretien à Mediapart.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Mexico (Mexique), correspondance.– Comme beaucoup d’amateurs de fromage, Irma Eréndira Sandoval Ballesteros croit que le gruyère a des trous. La secrétaire à la fonction publique du gouvernement mexicain en déduit la métaphore selon laquelle l’État mexicain que lui a laissé l’administration de l’ex-président Enrique Peña Nieto est un « État-gruyère », par les trous duquel l’économie du pays s’échappe.