Au Sahel, la France réduit et transforme l’opération Barkhane

Par

Emmanuel Macron a annoncé ce jeudi 10 juin la réduction progressive des effectifs de l’opération Barkhane, engagée depuis 2014 au Sahel. Cette décision confirme plusieurs axes de la politique française vis-à-vis du continent africain : sortir de bourbiers où l’armée française a plus à perdre qu’à gagner, mais aussi sanctionner symboliquement des régimes considérés comme peu « franco-compatibles » pour se recentrer sur les pôles de « stabilité », fussent-ils dirigés par des autocrates.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

S’agit-il d’un tournant ? À quelques semaines d’intervalle, deux piliers de la présence française sur le continent africain ont vacillé. En République centrafricaine, pays d’Afrique centrale aux dirigeants longtemps mis et démis au gré des intérêts de Paris, les coopérants militaires français ont plié bagage à la fin avril et l’appui budgétaire direct été gelé, comme l’a révélé Mediapart.