Traite négrière : les Pays-Bas affrontent l’envers de leur « âge d’or »

Par

Une exposition à Amsterdam documente dix vies liées à la traite négrière, du Brésil à l’Indonésie. Une manière de déconstruire l’« âge d’or » associé à Rembrandt et Vermeer, en affirmant le rôle clé des musées dans les débats mémoriels d’aujourd'hui.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Amsterdam (Pays-Bas).– La polémique avait éclaté à l’automne 2019, lorsque le musée d’histoire d’Amsterdam décidait de supprimer l’expression d’« âge d’or » (« Gouden Eeuw ») de ses salles. L’institution voulait assumer une vision plus « polyphonique » du passé. Elle souhaitait rendre justice aux « exploités » – et notamment les personnes réduites en esclavage – qui avaient permis aux Pays-Bas de devenir la première puissance commerciale de l’époque (1584-1702).