La fortune des Carceller, du franquisme au banc des accusés

Par et Tono Calleja

Du grand-père, phalangiste de la première heure et ministre de Franco, jusqu'au petit-fils, la famille Carceller s'est fait une spécialité de la fraude fiscale : 72 millions d'euros auraient échappé aux caisses du fisc espagnol. Le procureur anti-corruption demande 48 ans de prison pour le père et 14 ans pour le fils.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le procureur anti-corruption a terminé son enquête sur le patrimoine de la riche famille espagnole Carceller en requérant 48 ans de prison pour Demetrio Carceller Coll et 14 ans pour son fils, Demetrio Carceller Arce. Tous deux sont propriétaires d'un gros conglomérat d'entreprises, parmi lesquelles la brasserie Damm. Mais le rapport du procureur, de même que celui du magistrat de l'Audience nationale en charge de l'affaire, Pablo Ruz, va beaucoup plus loin que le constat d'une énorme fraude fiscale depuis « au moins 1990 ».