Karachi: un témoin accuse Balladur et Léotard

Par et

Jean-Louis Porchier est un militaire qui a enquêté sur les dessous de la vente de sous-marins au Pakistan en 1994. Selon lui, le contrat Agosta a donné lieu à des rétrocommissions: «Une partie pour la campagne électorale de M. Balladur et une autre pour M. Léotard.» Nous révélons par ailleurs le contenu de l'audition par le juge Van Ruymbeke de l'ancien patron de la DGSE.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La confidence, livrée il y a un an dans le huis clos d'une petite salle de l'Assemblée nationale, pourrait faire grand bruit. Un ancien haut dignitaire de l'armement français, Jean-Louis Porchier, a révélé à des députés de la commission de la défense nationale qu'une partie des commissions du contrat des sous-marins pakistanais au cœur de l'affaire de Karachi était destinée, d'une part, au financement occulte de la campagne présidentielle d'Edouard Balladur, en 1995, et, d'autre part, au Parti républicain, le mouvement politique du ministre de la défense de l'époque, François Léotard.