Israël: Netanyahou sous la menace de l’affaire «des sous-marins allemands»

Par

Déjà inculpé en Israël pour corruption, fraude et abus de confiance dans trois dossiers distincts, Benjamin Netanyahou n’a pas démissionné de son poste de premier ministre, ni renoncé à se présenter aux prochaines élections législatives. Mais un nouveau dossier, dans lequel sept de ses proches viennent d’être inculpés, pourrait être plus dévastateur encore, selon un ancien magistrat anticorruption interrogé par Mediapart. Et mettre un point final à sa carrière.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est désormais une certitude : les électeurs israéliens devront retourner aux urnes, probablement le 2 mars – ce sera la troisième fois en moins d’un an – pour élire un nouveau parlement. Avec l’espoir incertain de voir enfin une coalition majoritaire sortir de leurs votes pour accorder son soutien à un premier ministre. Mais la société israélienne est si divisée, l’échiquier politique si fractionné par le scrutin proportionnel et la construction des coalitions parlementaires si inextricable que la nouvelle consultation risque fort de déboucher sur la même impasse que les deux précédentes.