Egypte: ce que signifie le triomphe des partis religieux conservateurs

Par

Les élections législatives égyptiennes se sont achevées mercredi 11 janvier. Les partis musulmans conservateurs (Frères musulmans), voire ultra-conservateurs (salafistes), emportent 7 sièges sur 10. L’armée tient toujours les rênes du pays avec des méthodes parfois dignes de l’ancien régime. Et les députés élus n’auront guère de pouvoir… En dépit de cela, ce vote des Egyptiens est beaucoup plus qu'un mirage démocratique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pourquoi un scrutin législatif long et complexe, accompagné de scènes de violence place Tahrir, et destiné à élire des députés quasiment sans pouvoir, a-t-il attiré autant d’Egyptiens dans les urnes ? Depuis un mois et demi, l’Egypte vote pour des élections à la chambre basse qui se sont achevées mercredi 11 janvier. Elle en a encore pour plusieurs semaines, puisque c’est seulement le 22 février – un calendrier pourtant accéléré par le Conseil suprême des Forces armées (CSFA) qui dirige le pays – que se termineront les élections à la chambre haute.