Netanyahou tente une opération récupération

Par

Le premier ministre israélien utilise les attentats de Paris pour exporter sa vision d'une guerre contre l’ensemble des forces à référence islamique, qu’il associe de manière indifférenciée, même si le Hezbollah et le Hamas ont condamné les attentats.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« C’est la Troisième Guerre mondiale. » Invité samedi matin sur le plateau d’I-Télé, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), Roger Cukierman, s’est distingué en estimant que la France et l’Occident étaient depuis longtemps engagés dans un conflit généralisé contre les organisations à références islamiques, « quel que que soit le nom qu’on leur donne : Al Qaïda, Daesh, Hamas… » Il reprenait là, comme un copié-collé, la rhétorique déployée par Benyamin Netanyahou depuis cet été et le conflit de Gaza.