L'Algérie entre peur et espoir avant «la Marche du 12 février»

Par
Les Algériens sont à leur tour appelés à descendre dans la rue samedi. Une manifestation interdite par le pouvoir mais maintenue par les organisateurs.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L'attente se fait de plus en plus sentir en Algérie alors que le rendez-vous de la grande marche est maintenu pour samedi. Dans les rues d'Alger, vendredi, les fourgons de polices ont envahi l'espace public alors que les militants distribuaient des tracts. A Oran aussi, on continuait de se mobiliser malgré l'arrestation de cinq militants, jeudi, qui faisaient circuler des tracts dans les écoles et les universités, avec comme slogan : «Rendez-nous notre Algérie.»