Algérie: l'opposition au gaz de schiste souligne les impasses du régime

Par

Peu médiatisé, le mouvement contre le gaz de schiste en Algérie ne se dément pourtant pas. Il met en lumière les contradictions internes d’un régime pris entre le développement de la demande interne d’énergie et la baisse de ses recettes pétrolières.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À l’ombre des médias, la mobilisation contre le gaz de schiste en Algérie se poursuit. Pour le mouvement né en décembre 2014 dans la région d’In Salah, ville du Sud algérien qui a déjà subi les essais nucléaires de la France au début des années 1960, le mois d’avril a été particulièrement actif. Parmi les actions remarquées, des manifestants ont notamment perturbé la visite du premier ministre algérien Sellal dans la ville de Ouargla.