Au Congo-RDC, les guerres noircissent le bilan de Kabila

Par

Le président congolais a désigné un dauphin pour représenter son parti à la présidentielle qui devrait se tenir en décembre. Depuis son accession à la tête de l’État en 2001, les conflits armés n’ont jamais cessé dans ce pays d’Afrique centrale.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le président congolais aura laissé planer le suspense jusqu'au bout. À quelques heures seulement de l'expiration du délai pour présenter sa candidature à la prochaine élection présidentielle, qui devrait se tenir le 23 décembre, Joseph Kabila a fait savoir qu'il ne serait pas candidat à sa succession. Au pouvoir depuis 2001, Kabila a désigné comme « dauphin » l'un de ses fidèles, Emmanuel Ramazani Shadary. Cet ancien ministre de l'intérieur, considéré comme l'un des « faucons » – tenant d'une ligne dure – du régime, était devenu en décembre secrétaire permanent du principal parti de la majorité présidentielle (le Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie – PPRD).