«Si les abeilles venaient à disparaître, l’humanité n’aurait plus que quatre ans devant elle»

Avec la célèbre formule E=mc², cette phrase d’Einstein sur les abeilles est celle qui lui est le plus associée et qui réapparaît dès que la question de la surmortalité des abeilles revient dans le débat public. Mais il n’existe pas la moindre trace d’une telle prise de position de la part du physicien, un peu vite bombardé défenseur de la biodiversité.

Jean-Christophe Piot

11 août 2020 à 07h41

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Il ne fait pas bon être une abeille. Régulièrement pointée par les scientifiques et les apiculteurs, la surmortalité qui touche une bonne partie des 20 000 espèces recensées est bien réelle. Changements climatiques, impact des pesticides, maladies parasitaires ou virales… Les explications diffèrent et s’ajoutent, les études se multiplient depuis une trentaine d’années pour affiner données et conclusions, mais personne ne conteste plus la réalité globale du phénomène.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal