Au procès de l’affaire Mawda, les avocats des passeurs présumés plaident l’acquittement

Par

Le procès de l’affaire Mawda, une fillette kurde tuée par balle par un policier lors d’une course-poursuite entre la police et un camion transportant des migrants en 2018, s’est achevé hier à Mons, en Belgique. Les deux passeurs présumés espèrent être acquittés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Mons (Belgique).– « Les premiers jours de ce procès ont été assez surprenants, avec l’impression d’une théâtralisation de l’impunité », commence MBenkhelifa lors de sa réplique aux dernières plaidoiries des 23 et 24 novembre (lire notre reportage ici). Aux yeux de l’avocate des parties civiles, des « questions secondaires » auraient paralysé le déroulé des événements et seraient venues « brouiller les pistes », notamment sur le positionnement de Mawda dans le véhicule.