L'Europe continue de bricoler face à l'arrivée de migrants

Par et

Ce début d'année 2016 montre que les arrivées de migrants ne ralentissent pas, au contraire. Après des mois d'atermoiements, l'Union européenne continue pourtant de bricoler. Dernière nouvelle en date : des navires de l'OTAN vont intervenir en mer Égée.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’Europe est parvenue à éviter la désintégration lors de la crise grecque. Va-t-elle imploser en raison de son incapacité à gérer l’afflux de migrants sur ses côtes et leur accueil en son sein ? Les chefs d’État et les hauts représentants bruxellois en sont convaincus : 2016 est l’année de tous les dangers pour l’Union européenne car, plutôt que de décroître, les arrivées se poursuivent à un rythme plus élevé que l’année dernière pourtant exceptionnelle. Et cela, sans perspective d’inversion : au moment où Alep se vide de ses habitants, à la suite des bombardements du régime de Bachar al-Assad appuyé par l’armée russe, et où les réfugiés se massent à la frontière avec la Turquie (lire notre reportage), rien ne laisse présager une amélioration de la situation en Syrie, tant les intérêts des puissances engagées dans le conflit semblent divergents.