De notre envoyée spéciale à Rome (Italie).-  C’est à un difficile exercice de convergence que se sont prêtées plusieurs formations européennes de la gauche alternative ce week-end. Réunis à Rome dans une aile du palais de Campidoglio où a précisément été signé, il y a 60 ans, le traité fondateur de la Communauté économique européenne (CEE), ces partis membres ou proches du groupe parlementaire de la GUE (Gauche unitaire européenne) ont débattu pendant deux jours du « plan B » à mettre en œuvre sur le continent.