Coronavirus: les mauvaises priorités de la BCE et de l’Europe

Par

Alors que l’épidémie de coronavirus déclenche un krach boursier mondial, ce n’est pas de politique monétaire ou budgétaire dont l’Europe a besoin, mais de politiques publiques de santé, de retour des États pour combattre la propagation du virus.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il y a beaucoup de généraux qui ont l’habitude de mener la guerre d’avant. Les autorités politiques et monétaires donnent l’impression de tomber dans le même travers face à l’épidémie de coronavirus : ils pensent être à nouveau dans une crise financière, comparable à celle de 2008, alors que ce que nous vivons est d’abord une crise sanitaire sans précédent touchant l’économie réelle au cœur. Et ces deux foyers de crise ne demandent pas les mêmes réponses que les marchés.