En Russie, Poutine ne parvient pas à faire taire la contestation

Par
Officiellement, c'est non : le Kremlin ne cédera rien malgré la force inédite des mouvements de protestation qui, depuis une semaine, réveillent la Russie contre la parti de Poutine et la fraude électorale. Pourtant l'alerte est sérieuse : un oligarque annonce ce lundi sa candidature à la présidentielle, un ancien ministre limogé devient ouvertement critique. Et si les élites décidaient d'un changement de régime ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«L'ambiance à Moscou est toute neuve, témoigne Zoia Svetova, journaliste et militante des droits de l'homme. J'ai l'impression que les gens n'ont pas peur. Au contraire, les arrestations et la violence de la police, la semaine dernière, engendrent plus de protestation encore et les gens veulent résister.» Jour après jour, la Russie s'engage dans une période tout à fait inédite qui voit le pouvoir de Vladimir Poutine bousculé pour la première fois depuis douze ans et son arrivée au pouvoir.