Algérie: Barakat veut préparer une «constituante populaire»

Par

Depuis l’annonce de la candidature d'Abdelaziz Bouteflika à un quatrième mandat présidentiel, de nombreuses manifestations ont lieu à Alger et en dehors de la capitale. Un nouveau mouvement, Barakat (« ça suffit ») occupe la une des médias algériens. Entretien avec son cofondateur, Mustapha Benfodil, journaliste et dramaturge.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les Algériens éliront leur président le 17 avril. Mais depuis l’annonce, le 22 février, de la candidature du chef de l’État actuel, Abdelaziz Bouteflika, de nombreuses manifestations ont lieu à Alger et en dehors de la capitale pour protester contre sa décision de se présenter pour un quatrième mandat. Un nouveau mouvement, Barakat (« ça suffit »), a même vu le jour. Il occupe la une des médias algériens, malgré le nombre relativement restreint (quelques dizaines de militants) de ses membres. Qui sont ces Algériens qui défilent, malgré la répression et les arrestations dont ils font systématiquement l’objet ? Quel projet politique conçoivent-ils pour l’Algérie ? Entretien avec Mustapha Benfodil, journaliste et dramaturge co-fondateur de ce mouvement Barakat, qui a adopté sa « plateforme » ce mardi.