Convoité, le Kenya refuse de choisir entre "pommes" et "oranges"

Par
Le président du Kenya, Uhuru Kenyatta, a ironisé mercredi à propos de la concurrence à laquelle se livrent les puissances étrangères, dont la France et la Chine, pour profiter de son dynamisme économique en expliquant ne pas vouloir choisir entre les "pommes" et les "oranges".

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

NAIROBI (Reuters) - Le président du Kenya, Uhuru Kenyatta, a ironisé mercredi à propos de la concurrence à laquelle se livrent les puissances étrangères, dont la France et la Chine, pour profiter de son dynamisme économique en expliquant ne pas vouloir choisir entre les "pommes" et les "oranges".