En Afghanistan, l’opium, une question de vie ou de mort

Suite de notre carnet de bord à travers l’Afghanistan. Où il est question des ravages des traumas de guerre mais aussi de l’opium. Impliqués dans toutes les chaînes de production, les talibans peuvent difficilement interdire la culture de cette drogue comme il y a 20 ans, alors ils répriment les toxicomanes en les jetant en prison. 

Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi

13 mars 2022 à 14h20

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Bazar de Yakawlang, vallée de Bamyan (Afghanistan)

« Un homme, ça ne pleure pas. » Saïd a grandi avec cette injonction. Alors il se cache pour pleurer. Les larmes sont montées d’un coup, comme chaque fois que le 8 janvier 2001 remonte à la surface. Quand, sous ses yeux, des talibans ont mitraillé son père à bout portant, devant la maison, une case en pisé aux fenêtres en papier plastique, la première à l’entrée du hameau. 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal