Au Mali, le président IBK est contesté, la France aussi

Par

Les opposants reprochent au président malien Ibrahim Boubacar Keïta la détérioration continue de la situation sécuritaire sur une grande partie du territoire. Considérée comme son alliée, la France est soupçonnée d’avoir des visées sur les ressources du pays.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La légitimité du président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), arrivé au pouvoir en 2013, n’a jamais été autant contestée. Depuis juin, des dizaines de milliers de personnes sont descendues à trois reprises dans les rues de Bamako pour exiger sa démission.