La merkelisation de l'Europe

Par
Ce n'est plus l'Allemagne qui est européenne, c'est l'Europe qui est allemande, explique Foreign Policy.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce n'est plus l'Allemagne qui est européenne, c'est l'Europe qui est allemande, explique Foreign Policy. «L'agenda allemand a déjà transformé l'Union européenne en quelque chose de très différent de la confédération supranationale que ses fondateurs avaient envisagé pour elle. Les Allemands europhiles d'après-guerre, comme Helmut Kohl, ont vu en l'Union européenne une voie expresse pour échapper à la stigmatisation d'Auschwitz et de l'impérialisme prussien. Mais une “Europe allemande” (plutôt qu'une Allemagne européenne) menace de retourner rapidement cette stratégie extraordinairement bénéfique pour l'Allemagne et de déclencher une réaction anti-européenne dans les pays-membres de l'UE. Angela Merkel ne peut pas dicter une politique économique de la zone euro exclusivement favorable à l'Allemagne, voler aux parlements nationaux d'Europe le pouvoir de décider sans jamais en recevoir la sanction populaire. Mais au moins, désormais, Henry Kissinger dispose du numéro de téléphone unique qu'il a longtemps voulu pour l'Europe. C'est le 49-30-40002526. Le bureau de la chancelière Merkel.»