Theresa May en sursis

Par

Mercredi soir, la première ministre a remporté le vote de défiance déclenché par les Brexiters les plus radicaux de son parti. Mais le vote a révélé la très grande vulnérabilité de la cheffe de l’exécutif, qui n’est pas en mesure de faire ratifier l’accord.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Londres (Royaume-Uni), correspondance.– Mercredi, Theresa May a fini sa journée comme elle l’avait entamée : en prononçant une allocution devant le 10 Downing Street. Le matin, la première ministre avait promis de « se battre de toutes ses forces » pour remporter le vote de défiance interne au parti conservateur. Treize heures plus tard, la cheffe de l’exécutif a refait une apparition devant les caméras pour annoncer qu’il était temps « de faire aboutir le Brexit » et de « rassembler le pays ».