En Egypte, la nouvelle Constitution «ne constitue pas une rupture»

Par

Alors que la répression touche actuellement tous les opposants au régime de transition conduit par l’armée, les Égyptiens votent les 14 et 15 janvier pour approuver ou non la nouvelle Constitution. Que penser de ce texte, et quelle validité accorder à ce scrutin ? Entretien avec Alexis Blouet, spécialiste du processus constitutionnel en Égypte.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après le coup d'État, le référendum. Alors que la répression touche actuellement tous les opposants au régime de transition conduit par l’armée, les Égyptiens votent les 14 et 15 janvier pour ou contre la nouvelle Constitution. Soit l'exact opposé du processus amorcé en Tunisie, où c'est l'Assemblée nationale constituante, élue au suffrage universel le 23 octobre 2011, qui a élaboré et est en train d'adopter le texte constitutionnel.