Egypte : l'évacuation des pro-Morsi se transforme en un bain de sang

Par , et Walid Youssef

L'évacuation au matin des partisans du président déchu des deux places du Caire qu'ils occupaient depuis six semaines a été extrêment violente. Le ministère de la santé égyptien faisait état de plus de 500 morts alors que les Frères musulmans parlaient de milliers. L'état d'urgence est déclaré pour un mois dans tout le pays. Le vice-président par intérim et prix Nobel de la paix Mohamed El-Baradei a démissionné.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Selon la télévision d'Etat, des centaines de partisans des Frères musulmans ont pris d'assaut le siège d'un gouvernorat au Caire et y ont mis le feu, ce jeudi après-midi, entrainant la mort de deux policiers. Mercredi, les Frères musulmans avaient appelé à un rassemblement ce jeudi 15 août, suite à l'évacuation, par les forces de l'ordre égyptiennes de deux places du Caire occupées depuis six semaines par des partisans du président déchu Mohamed Morsi. Cette évacuation s'est transformée, mercredi 14 août, en un véritable bain de sang, au Caire et dans certaines villes de province. L'état d'urgence est déclaré dans tout le pays pour un mois, le gouvernement a annoncé la mise en place d'un couvre-feu nocturne au Caire et dans dix autres provinces. Il se tiendra de 19 h à 6 h du matin, selon une annonce du conseil des ministres du gouvernement par intérim. Jeudi 15 août au matin, un calme tout relatif semblait revenu, les Frères musulmans appelant à de nouvelles manifestations, dans l'après-midi, au Caire. « Nous allons continuer jusqu'à ce que le coup d'État militaire soit mis en échec », a affirmé un porte-parole de la confrérie, Gehad El Haddad, rapporte l'agence Reuters. Les manifestants pro-Morsi, tentent de relancer une manifestation à Nasser City, ce jeudi après-midi, selon Al-Jazeera.