Israël-Emirats: la normalisation sur le dos des Palestiniens  

Par

En échange de l’instauration de relations diplomatiques avec les Émirats, Israël annonce la suspension de l’annexion officielle des territoires occupés qui sont depuis longtemps annexés de fait. « Trahison », disent les Palestiniens, qui accusent « MBZ », le prince héritier émirati, de les avoir vendus.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Présentée par son promoteur, Donald Trump, comme une « énorme percée » et un « accord de paix historique », la « normalisation » des relations entre les Émirats arabes unis et Israël, annoncée le 13 août par la Maison Blanche, est surtout une spectaculaire opération de communication. C’est-à-dire une arnaque. Dont les Palestiniens et leur cause sont, une fois encore, les principales victimes. Contrairement à ce que suggèrent les propos et le ton du président américain, toujours aussi clairvoyant et modeste lorsqu’il présente ses initiatives « diplomatiques » au Moyen-Orient, cet « accord » n’a rien de comparable avec le traité de paix israélo-égyptien conclu en 1978 à Camp David puis signé en 1979 à Washington, ni avec le traité de paix israélo-jordanien signé en 1994 à Wadi Araba.