Pour les enfants adoptés en Irlande, la honte en héritage

Par

Dans une société qui faisait des grossesses hors mariage une disgrâce, les mères devaient abandonner leur enfant. Une fois adultes, ceux qui cherchent à retrouver leurs origines se heurtent à un mur. Les adoptions forcées sont un secret de polichinelle de l’État irlandais.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dublin, Castlepollard (Irlande).– En 2002, Noelle Brown décide de partir à la recherche de ses origines. Adoptée à l’âge de huit semaines, elle sait qu’elle vient d’une maison pour mères célibataires. Un établissement de Dublin, paraît-il. La première fois qu’elle décroche le téléphone, elle est persuadée qu’il lui suffira de tomber sur les bonnes personnes pour trouver la trace de ses parents biologiques. Sa quête lui prendra presque vingt ans.