Attentat : inquiétudes des parties civiles sur l'enquête française au Rwanda

Par

Alors qu'un nouveau témoin dans l'attentat contre l'avion du président rwandais en 1994 a été tué en Afrique du Sud, les parties civiles s'inquiètent de l'absence de coopération de Pretoria avec les autorités françaises.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les parties civiles s'inquiètent de blocages dans l'enquête française du juge Marc Trévidic sur l'attentat contre l'avion du président rwandais, Juvenal Habyarimana, en 1994, à la suite du meurtre à Johannesburg de Patrick Karegeya, un ancien chef des services secrets rwandais, que les enquêteurs français voulaient entendre comme témoin.