La Turquie veut acheter missiles russes S-400 et chasseurs américains F-35

Par
La décision d'Ankara d'acquérir auprès de la Russie des systèmes de missiles S-400 de défense aérienne ne devrait pas entraîner de sanctions américaines parce que la Turquie n'est pas un adversaire des Etats-Unis et reste attachée à l'Otan, a affirmé lundi le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

WASHINGTON (Reuters) - La décision d'Ankara d'acquérir auprès de la Russie des systèmes de missiles S-400 de défense aérienne ne devrait pas entraîner de sanctions américaines parce que la Turquie n'est pas un adversaire des Etats-Unis et reste attachée à l'Otan, a affirmé lundi le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar.