Traditionnellement marqué par de multiples attaques et attentats, le mois de ramadan s'est achevé cette année à un niveau de violence que l’Irak n’avait plus connu depuis la fin de l'occupation américaine. Plus de 800 personnes ont été tuées, selon un bilan établi par l'AFP.