Sur le fond, l'accord grec ne règle rien

Par

Le principal mérite de l'accord intervenu lundi est d'éviter une sortie chaotique de la Grèce de la zone euro, jugent des économistes joints par Mediapart. Mais les conditions fixées à Athènes sont contre-productives. Aucune leçon n'a été tirée depuis 2010.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyé spécial à Bruxelles.- « Ils sont unanimes dans leur haine envers moi, et je me réjouis de cette haine », avait ironisé Yanis Varoufakis, citant Roosevelt, à l'issue d'un Eurogroupe particulièrement mouvementé, fin avril à Riga. De début février jusqu'à son éviction, le 6 juillet, le reproche formulé à l'encontre du ministre des finances grec fut toujours le même : il donne des leçons d'économie à ses collègues, lorsqu'il devrait plutôt apprendre à négocier, chiffres à l'appui, pour avancer vers un compromis.

Peter Kazimir, le ministre des finances slovaque (social-démocrate), l'un des plus durs à l'encontre d'Athènes, s'était agacé, le 27 juin, avant la tenue d'un énième Eurogroupe à Bruxelles. Qu'attendez-vous de Varoufakis, lui avait demandé, en substance, un journaliste à son arrivée dans la capitale belge. Et le Slovaque de répondre : « Des exposés [lectures  ndlr], comme d'habitude ! » À chaque fois, la critique revenait en boucle, pour discréditer le Grec : c'est un universitaire qui passe sa vie à donner des leçons, incapable de négocier un texte précis.