Le président afghan fuit et les talibans sont seuls maîtres du pays

Par

Les talibans sont entrés dans Kaboul dimanche, parachevant une campagne militaire lancée en mai. Les conquêtes des villes se sont accélérées ces derniers jours, l’armée du gouvernement afghan soutenue par les États-Unis n’opposant guère de résistance. Le président afghan Ashraf Ghani, symbole de cette déroute, a fui son pays.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Près de vingt ans après avoir été chassés du pouvoir par une coalition internationale menée par les Américains, les talibans sont entrés dimanche dans la capitale Kaboul sans se voir opposer de résistance, alors que la fuite du président Ashraf Ghani était annoncée. Le cours de la campagne militaire s’est accéléré au cours de la semaine dernière avec la chute successive des principales capitales provinciales, précipitant l’évacuation des Américains qui avait été fixée normalement au 31 août. Et déjouant nombre de prévisions des experts.