Climat: le grand enfumage de l’industrie aéronautique

Par

Alors que la COP25 s'achève à Madrid sans avancées significatives, constructeurs et compagnies aériennes promettent l’impossible : une forte hausse du trafic aérien ces 20 prochaines années sans augmenter les émissions de CO2. Le pari est quasi impossible à tenir. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Quatre cent vingt-trois nouveaux aéroports étaient en cours de construction en 2017, dont 58 en Europe ; 121 pistes supplémentaires, dont 28 sur le continent européen. Les chiffres datent de deux ans. Certes, un essoufflement semble se dessiner, selon le rapport 2019 du Center for Aviation (CAPA). « Le nombre de projets et le montant des dépenses d’investissement dans les aéroports existants et nouveaux n’augmentent pas de manière substantielle », note le rapport, du moins pas autant que les « besoins » estimés par les organisations industrielles. « Tout porte à croire, du manque de volonté politique aux défis environnementaux et à la croissance des compagnies aériennes, que la construction de nouveaux avions continuera de ralentir », ajoute CAPA.