Maroc: Movida contre Etat islamique, deux projets s'affrontent

Par
Essor des festivals, de l'art contemporain, du cinéma et des musiques urbaines... En dix ans, la scène culturelle marocaine a fait sa révolution. À côté, les tenants d'un islam contestataire veulent ancrer le pays dans son «identité islamique», sept ans après les attentats de Casablanca. Deuxième volet de notre reportage.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ses habitants le surnomment «Goldorak», et il le mérite. Coincé entre l'autoroute qui mène à l'aéroport Mohammed-V et l'hypermarché «Marjane» de Casablanca, c'est un immense bloc de béton que ce Technopark, prêt à décoller, avec les 150 start-up marocaines qu'il abrite. Au rez-de-chaussée, 850 mètres carrés, les nouveaux locaux du «Boulevard».