Le coronavirus est un test pour les hôpitaux publics espagnols, cibles de l’austérité

Par Ángel Munárriz (InfoLibre)

Le chef du gouvernement espagnol a annoncé samedi la mise à disposition des moyens des hôpitaux privés, pour gérer la crise. Le risque de saturation des hôpitaux publics face à l’épidémie est le résultat d’une politique de coupes budgétaires.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’épidémie de coronavirus en Espagne est en train de tester la résistance d’un système de santé public déjà affaibli par des années de coupes budgétaires. Les indices d’une saturation à venir des hôpitaux se multiplient, en particulier dans la région de Madrid, qui fut le laboratoire du modèle de privatisation de la santé défendue par l’ex-présidente de la région, la très droitière Esperanza Aguirre (de 2003 à 2012), et qui est aussi aujourd’hui l’épicentre de l’épidémie.