«Comment croire que les excuses de Facebook soient sincères?»

Par

Professeure à HEC Lausanne, Solange Ghernaouti livre, pour Le Temps de Genève, son analyse après les deux auditions auxquelles a dû prendre part Mark Zuckerberg, directeur de Facebook. Selon elle, il n'est pas trop tard pour infléchir la stratégie du réseau social et plus globalement des géants du numérique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le scandale touchant Facebook, lié au siphonnage de données réalisé par Cambridge Analytica, a connu son point culminant la semaine passée avec les auditions de Mark Zuckerberg à Washington. Devant une commission du Sénat, puis devant la Chambre des représentants, le cofondateur et directeur du réseau social a multiplié les excuses et les promesses d’amélioration, tout en ne se disant pas totalement opposé à parler de régulation. L’analyse de Solange Ghernaouti, spécialiste en cybersécurité à l’Université de Lausanne et fine connaisseuse des géants de la technologie et des stratégies numériques.