Gbagbo retourne en Côte d’Ivoire, un échec pour Sarkozy

Par

Dix ans après avoir été transféré à la Cour pénale internationale, qui l’a acquitté, Laurent Gbagbo rentre jeudi 17 juin en Côte d’Ivoire. L’ex-président est très attendu, y compris par d’anciens adversaires politiques. Ce retour marque l’échec de la politique de Nicolas Sarkozy, qui a tout fait pour le faire oublier.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Acquitté par la Cour pénale internationale (CPI), l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo rentre ce jeudi 17 juin dans son pays. Il a passé près de huit ans en détention provisoire à La Haye et deux ans en résidence surveillée à Bruxelles. Son retour est très attendu par une partie des Ivoiriens et constitue un événement politique majeur pour la Côte d’Ivoire, même s’il est redouté par les partisans du président Alassane Ouattara. Il marque aussi l’échec de la politique de l’administration Sarkozy qui, il y a dix ans, avait manœuvré pour écarter Laurent Gbagbo.