Ethiopie-Erythrée: la réconciliation après 30 ans de conflit?

Par

Le nouveau premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, vient de conclure avec le président érythréen Isaias Afwerki une déclaration de paix historique. Celle-ci n’a pas que des partisans à Addis-Abeba, où ceux qui ont confisqué pouvoir et richesse pendant des décennies ne rendent pas les armes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’un des plus anciens conflits d’Afrique est-il en train de s’éteindre sous nos yeux ? Après 30 ans de guérilla d’indépendance puis d’une guerre frontalière dévastatrice qui a fait près de 80 000 morts entre 1998 et 2000, le premier ministre éthiopien Abiy Ahmed et le président érythréen Isaias Afwerki ont signé lundi dernier dans la capitale érythréenne, Asmara, une « déclaration de paix et d’amitié » qui met un terme officiel à « l’état de guerre » entre les deux pays. Alors que les deux capitales échangeaient encore, il y a quelques mois, des torrents de propagande haineuse, cette réconciliation inattendue et les véritables déclarations d’amour adressées à ses voisins par le jeune chef du gouvernement éthiopien ressemblent à une sorte de miracle dans une région, l’est de l’Afrique et les rivages de la mer Rouge, où les bonnes nouvelles sont rares.