Ecosse: le vote pour l’indépendance porte toutes les protestations sociales

Par Sébastien Martin

Jeudi, les Écossais répondent par référendum à la question : « L’Écosse doit-elle être un pays indépendant ? » Les sondages donnent les deux camps au coude à coude. Reportage à Glasgow, en suivant une ligne de train qui va des quartiers les plus pauvres à l’East End, farouches partisans du «oui», aux plus bourgeois à l’ouest. Entre les deux, seize minutes de trajet, et vingt ans d’espérance de vie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Glasgow, de notre envoyé spécial.   À Barrowfield, un quartier pauvre dans l’est de Glasgow, l’espérance de vie des hommes n’atteint pas 60 ans. Cette statistique incroyable mérite d’être soulignée : à 59,9 ans précisément, elle est au même niveau que le Malawi. L’Éthiopie, le Soudan et le Cambodge font mieux. Hyndland n’est qu’à sept stations de train de banlieue de là, en passant par le centre-ville. Le trajet prend seize minutes. Le temps de changer d’univers. Ici, l’espérance de vie est de 76 ans pour les hommes. Soit à peu près deux années de vie gagnées à chaque arrêt.