En Grèce, Tsipras bricole une nouvelle majorité pour éviter des élections anticipées

Par

Avec 151 voix pour et 148 voix contre, le vote de confiance convoqué mercredi soir par le Premier ministre grec Alexis Tsipras lui a permis de sauver les meubles. Jusqu’à quand ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce n’est pas le virage centriste de Syriza, ni son échec à sortir la Grèce des rails de l’austérité qui aura soudainement affaibli Tsipras. Mais une histoire vieille de trente ans qui touche aux démons nationalistes grecs : le nom d’un État frontalier de la péninsule hellène, connu en Europe sous le nom de Macédoine, et dont l’appellation officielle est en passe de devenir la République de Macédoine du Nord.